LA PRÉPA ? 

POURQUOI PAS?

1/5
Qu'est ce que c'est la prépa?

Les classes préparatoires est un système de préparation aux concours d'entrée aux grandes écoles. En imposant un rythme de travail assez soutenu, la prépa a pour objectif d’accroître le niveau de connaissances des étudiants pour qu’ils réussissent les concours d’entrée aux grandes écoles d’ingénieurs, de commerces, les écoles normales supérieures (ENS), militaires ou encore vétérinaires. 

En suivant les différents programmes selon les filières, les élèves acquièrent des méthodes de travail efficaces et s’adaptent à la charge intense du travail.

Quelles sont les différentes filières?

Les classes prépa sont divisées en trois filières : Economiques et commerciales, littéraires et scientifiques, chacune d’entre elles subdivisée en différentes voies. 

Pour chaque voie d'étude, un programme national d'études est fixé après élaboration en co-partenariat avec les grandes écoles. Les élèves suivent ainsi des programmes pluridisciplinaires et leur capacité à mobiliser ces connaissances est évaluée le jour du concours.

Passer par une prépa, mais pourquoi? 

Chaque année, plus de 40.000 titulaires du bac s'inscrivent en 1ère année de classes préparatoires aux grandes école (CPGE). Mais quelles sont leurs motivations ? 

1. Se forger un profil complet

Le premier objectif des étudiants des classes prépa est d'obtenir une place dans l'une des écoles accessibles, souvent prestigieuses. Il s'agit donc des écoles d'ingénieur ou de commerce, les écoles vétérinaires, de statistique ou militaires, les écoles normales supérieurs (ENS)... Ces écoles forment les futurs cadres supérieurs pour  les entreprises, l'administration, les armées, la recherche ou l'enseignement. Elles recrutent donc  des candidats polyvalents, ouverts d'esprit et capables de s'adapter. 

En préparant les concours d'entrée, les élèves de CPGE se dotent en 2 ou 3 ans d'une solide culture générale, d'une aisance à l'écrit comme à l'oral, en plus de connaissances et de méthodes spécifiques à leur filière. Ils ont donc un profil très complet, qui sera apprécié sur le marché de l'emploi, que l'étudiant intègre une école ou non.

2. Garder le côté pluridisciplinaire

Les classes prépa sont organisées en 3 filières : économique, littéraire et scientifique mais malgré cette spécialisation, cela ne les empêche pas de proposer des enseignements très variés.

- Économie, statistiques, langues, histoire-géographie, voire droit ou gestion en prépa économique. 

- Langues, lettres, sciences humaines, voire arts ou sciences sociales, en prépa littéraire. 

- Maths, physique, chimie, informatique, voire SVT ou sciences industrielles de l'ingénieur , en prépa scientifique. 

Certains bacheliers s'inscrivent justement en CPGE parce que celle-ci permet d'étudier plusieurs disciplines sans limiter les orientations à venir.

3. Etudier sans se ruiner 

La majorité des lycées abritant ces classes préparatoires sont publics. Ceux qui s'y inscrivent paient au maximum les frais de scolarité universitaire (184€ en 2015-2016). Il existe aussi des aides au mérite. Et, pour les élèves qui intègrent un lycée loin de leur domicile, ils peuvent loger en internat durant la préparation à moindre coût, les élèves boursiers étant prioritaires. En revanche après la préparation, les frais de scolarité peuvent être importants. C'est notamment le cas de nombreuses écoles de commerce et de certaines écoles d'ingénieurs. 

Témoignages : 

" Je rêvais de faire une prépa. Entrer en hypokhâgne me permettait de garder le côté pluridisciplinaire du lycée et d'être entourée d'élèves passionnés. Mon années s'est très bien passée, mais je n'ai pas souhaité continuer en khâgne[...] Grâce à la convention entre mon lycée et la fac, je suis entrée directement en L2 lettres modernes. Je ne regrette pas d'être allée en prépa. L'hypokhâgne m'a aidée à acquérir une méthode de travail et à développer mon sens critique. J'étais ainsi bien armée en arrivant à l'université."

- Stéphanie, passée par une préparer lettres 1ère année, avant de rejoindre l'université en L2 lettres modernes à Bordeaux 3.  (Source : Onisep)

" J'appréhendais la quantité de travail en préparant. Bien sûr, c'est exigeant : il faut être mature et capable d'étudier, de faire un travail de fond. Mais la prépa permet une plus grande ouverture d'esprit. Mes capacités de compréhension et ma curiosité se sont développées. J'ai commencé à lire des revues scientifiques, à découvrir des métiers. Il faut le vivre pour le comprendre."

Jéremy, passé par la préparation TB du lycée Jean-Rostand à Strasbourg (67)

(Source : Onisep)

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now